Matériels de manutention

Dans le but de rendre facile la manutention des marchandises dans les entrepôts on utilise généralement les engins de manutention suivants :

Transpalette électrique

Un transpalette (ou tire-palette) est un chariot hydraulique, manuel ou électrique servant au déplacement de palettes de manutention. Il se caractérise par deux bras de fourche pouvant s’élever de quelques centimètres du sol, permettant ainsi à l’opérateur de décoller et de déplacer les palettes sans grands efforts. On retrouve les transpalettes dans les centres de distribution, entrepôts, commerces au détail, camions, etc. Le transpalette se décline sous différentes formes (différentes longueurs de fourche, transpalette peseur, transpalette manuel, transpalette haute levée, ….) Les usages des transpalettes manuels sont multiples.

Les types de transpalettes

On distingue principalement deux grandes gammes de transpalettes: le manuel et l’électrique. La principale différence entre les deux types de machines réside dans le fait que le transpalette manuel ne peut franchir des rampes de charge et s’utilise principalement sur de courtes distances, à l’inverse du transpalette électrique qui peut soulever des charges susceptibles d’être plus lourdes et travailler sur de plus longues distances (notamment grâce aux transpalettes munis d’une plate-forme rabattable sur laquelle les opérateurs peuvent se déplacer).

En fonction des charges et impératifs de manutention, on trouve différents types de transpalettes : basculeurs pour une meilleure ergonomie selon le poste de travail, pour tonneaux, spécifiquement conçus pour déplacer ces charges sans risque de renversement, tout terrain pour les déplacements sur sols non nivelés, en inox ou galvanisé pour les milieux corrosifs ou acides, à haute levée pour plus d’accessibilité des mains à hauteur ergonomique.

Quels sont les principaux risques

Si les transpalettes semblent à première vue peu dangereux du point de vue sécuritaire, il faut savoir qu’ils engendrent de nombreux accidents parmi lesquels on notera:

  • Des lombalgies
  • Des hernies
  • Des blessures aux jambes et aux chevilles
  • Des écrasements des pieds ou des mains

Les accidents engendrés dans le cadre de ces opérations ont généralement pour causes l’insuffisance de formation  des opérateurs.

Un chariot élévateur est un appareil de levage et de manutention destiné au transfert de charges dans les usines ou les entrepôts de stockage. Sur le marché existe un grand nombre de choix d’engins élévateurs permettant le chargement, le déchargement et le transport de marchandises vers les lieux d’emmagasinage. Selon les besoins précis des secteurs, mais surtout en fonction de l’usage auquel ces chariots sont destinés, le choix peut différer d’une entreprise à une autre.

Les différents types de chariots élévateurs

Le chariot élévateur tout-terrain 

Il est destiné à un usage intense, le chariot élévateur tout-terrain est capable de soulever des charges de 1 à 50 tonnes. Il s’adapte à toutes les distances quel que soit le type de terrain. Il est apprécié pour sa grande polyvalence et sa robustesse, mais aussi pour sa vitesse. 

Le chariot à mât rétractable 

Il est  aussi efficace que le chariot élévateur tout-terrain en termes de capacité de charge, le chariot à mât rétractable procure les mêmes fonctions, convient à un usage intense et s’adapte à toutes les distances avec l’avantage d’une grande polyvalence, d’une bonne vitesse et d’une robustesse éprouvée. Il peut aussi servir à récupérer des marchandises emmagasinées en hauteur dans les entrepôts, dans les entreprises de logistique ou encore au sein des centres de distribution.

Le gerbeur : idéal pour manipuler, pour soulever et pour le gerbage des charges d’un poids moyennement compris entre 1 et 2 tonnes, le gerbeur convient aussi à un usage intense. Il offre comme avantage une grande facilité d’accès aux espaces exigus et est aussi apprécié pour sa vitesse quoiqu’efficace uniquement en sol aménagé offrant une pente de 5 à 10 % au plus. Il sert idéalement au placement de marchandises sur des rayonnages moyennement faibles en hauteur.

Préparateurs de commande 

 Idéal pour la manutention, l’élévation et le gerbage, le préparateur de commande offre une capacité de charge d’environ 1 à 2 tonnes. Il offre l’avantage d’une bonne vitesse avec un maximum de confort à l’emploi bien qu’il ne soit adapté uniquement qu’au sol aménagé par un maximum de pente compris entre 5 à 10 %. Il trouve de l’efficacité pour optimiser matériellement la gestion des cycles de produits.

Les composantes d’un chariot élévateur

Les batteries : élément indispensable à tout chariot élévateur motorisé. La batterie sert à démarrer un chariot élévateur à diesel et à propulser un chariot élévateur électrique. 

La levée : le choix d’équipement de levée s’opère selon le type des colis à manipuler (palettisé ou non) et de leur nature (containers, fûts…). Le choix s’impose alors entre fourche, godet, manipulateur et pince de manutention.

Le mât : il sert d’équipement indispensable à tout chariot de manutention destiné à effectuer du gerbage selon qu’il s’agisse d’un mât de levage fixe, télescopique et rétractable avec dispositif de levage et de manutention.

La propulsion : Selon la fréquence d’utilisation, le poids et le type du colis à manipuler, vous pouvez décider d’opter pour un chariot élévateur avec ou sans motorisation.

Les roues : Le choix de la solution pneumatique (roues pleines, à bandage ou gommes) dépendra de la destination selon qu’il s’agisse d’un usage de manutention en intérieur ou en extérieur, que ce soit sur tous les terrains ou uniquement sur sol aménagé presque stable (offrant une pente comprise entre 5 et 10 %). 

Les équipements de levée

Les fourches fixes : Elles servent généralement à équiper le transpalette ou le gerbeur, les fourches fixes sont fixées sur le bouclier. Aucune inclinaison n’est possible ni vers l’avant ni vers l’arrière. Aucun réglage d’écartement ne peut être opéré non plus. Les fourches fixes plates serviront usuellement au transport de palettes tandis que les fourches fixes tubulaires sont efficaces pour la prise de bacs appropriés.  

Les fourches inclinables : le mât d’un chariot élévateur peut aussi remplir la fonction d’inclinaison de fourche pour faciliter la manipulation et calage d’une charge vers l’arrière sur le bouclier.

Les fourches réglables : ces fourches à longueur variable, également appelées fourches télescopiques, permettent d’étendre manuellement la longueur des fourches par coulissage ou par ajout de rallonges ou bien via une poste de commande (hydraulique). Leur usage est préconisé pour la manipulation, le transport et le soulèvement de gros colis.

Les fourches spéciales : elles trouvent de l’usage pour transférer un colis d’une palette à l’autre. Dans la pratique, elles permettent le déplacement d’un colis récupéré sur palette de préparation vers une palette destinée au transport.

Les fourches variables : sont celles que l’on peut facilement repositionner sur le bouclier de façon manuelle, mais peuvent également s’agir de fourches hydrauliques contrôlables au volant. Les fourches variables à translation latérale procurent une grande efficacité en zone exigüe obligeant le conducteur porté à limiter les manœuvres de son engin. 

Nacelles élévatrices

Une nacelle élévatrice est un engin de chantier servant à faciliter l’accès à une zone de travail en hauteur. Elles offrent des solutions d’intervention pour effectuer des travaux de maintenance, de réparation, d’entretien ou encore de nettoyage) lorsque des solutions permanentes n’existent pas. Parfois appelées PEMP  acronyme de Plateforme Élévatrice Mobile de Personnel, ces nacelles élévatrices sont aménagées pour pouvoir accueillir une ou plusieurs personnes et disposent d’une rambarde de protection contre le risque de chutes.

Les modèles de nacelles élévatrices

Il existe plusieurs modèles de nacelles élévatrices qui seront choisies en fonction des travaux à effectuer.

Des navettes appelées nacelles négatives sont conçues pour travailler sous le niveau du sol. Elles sont souvent utilisées pour la réfection des tabliers de ponts.

Le diable est un outil de levage et de transport de charges, à la forme d’un petit chariot muni de deux ou six roues basses, utilisant le principe du levier pour permettre de mouvoir des charges lourdes.

Un palan est un mécanisme de transmission du mouvement constitué de deux groupes (ou moufle), l’un fixe, l’autre mobile, contenant chacun un nombre arbitraire de poulies, et d’une corde qui les relie. Il sert à réduire l’effort nécessaire (ou démultiplier la force utilisée) pour rapprocher les deux groupes de poulies. On en utilise par exemple pour soulever des objets lourds, ou bien en voile sur un bateau pour border les voiles.

On mesure le taux de démultiplication au nombre de brins, c’est-à-dire le nombre de passages que fait la corde entre les deux groupes de poulies. L’effort nécessaire au bout du compte est divisé (au frottement près) par le nombre de brins, tandis que la longueur de corde à tirer pour rapprocher les groupes de poulies est multipliée d’autant.

La partie de la corde sur laquelle l’on tire (entre les mains et la poulie du haut) pour soulever la charge s’appelle le garant.

NB : Le palan a été inventé par Archimède.

 

Translate »