Le Cross-Docking

 

          

 

le cross-docking Pouvant difficilement accroître le prix des produits, les distributeurs alimentaires ont réalisé que la maximisation de leur marge bénéficiaire proviendrait d’un meilleur contrôle de leurs coûts logistiques (Ste-Marie et al.,2001). Dans ce contexte, différentes pratiques de réapprovisionnement continu, soit un processus de réapprovisionnement des points de vente avec le bon produit et ce, avec le minimum d’effort (Jobin et al., 1997), ont été mises de l’avant. Le cross-docking (ou transbordement) constitue ainsi l’une de ces pratiques.

Il existe une variété de définitions pour décrire la pratique du cross-docking.

Nous  citerons ici les plus utilisés

Définition 1 : Pour le CCDE (1995) le cross-docking peut-être définit comme étant le mouvement des produits à l’intérieur d’une installation de distribution sans qu’il y ait entreposage du produit (p.104). Ainsi, lors de leur arrivée au centre de distribution, les palettes uniques, multiples ou promotionnelles sont déchargées et immédiatement transférées au quai d’expédition pour être acheminées dans les points de vente.

Définition 2 : Le cross docking  est un mode d’organisation des flux de marchandise permettant de les acheminer depuis le fournisseur jusqu’à un endroit appelé plateforme ou centrale. La marchandise est ensuite acheminée en direction des points de vente. Le procédé est très utilisé pour l’approvisionnement des grandes entreprises et plus précisément celles à succursales multiples. Il n’y a pas de stockage dans la centrale qui sert de Cross-Docking.

Définition 3 : D’après le site logistique conseil, Le cross-docking est l’une des méthodes les plus répandues en matière de gestion des approvisionnements. Il s’agit d’une technique logistique utilisée notamment dans les industries de transport et les industries de produits périssables.     Les commandes sont constituées de plusieurs colis provenant de différents fournisseurs. Ces colis sont dégroupés puis regroupés selon leur destination sur une plate-forme de tri, permettant de ne pas passer par des phases de stockage intermédiaires et du picking (prélèvement des unités de valeur (UV) de leur meuble de stockage pour préparer une commande.). Ces colis ne font que transiter, au lieu de les entreposer, ils sont préparés pour l’expédition, d’où le nom cross-docking. Ainsi, cette méthode de préparation des commandes permet aux colis de passer du transport amont au transport aval dans un délai très court. Un colis arrivant sur une plate-forme de cross-docking y reste moins de 24 heures. 

Définition 4 : Wikipédia définit Le cross docking (ou correspondance) est un mode d’organisation des flux logistiques permettant d’articuler et de croiser (d’où son nom) en un endroit appelé plate-forme, des flux d’approvisionnement en provenance de fournisseurs avec des flux de livraison terminale en direction de points de livraison. Le procédé est très utilisé pour l’approvisionnement des grandes surfaces (mais pas seulement) et ressemble fortement aux techniques de groupage – dégroupage utilisées dans le monde du transport-messagerie.

Définition 5 : pour le site logistique pour tous le cross-docking…

Peut-être avez-vous déjà entendu ce terme dans une réunion ou en lisant des revues spécialisées. Cet anglicisme signifie en français  « passage à quai » et désigne le fait de faire passer de la marchandise du quai de déchargement vers le quai d’expédition sans faire passer le produit par une étape de stockage.

En réalité, sur une plateforme cross-dock, les produits ne resteront généralement que très peu de temps. Ils arriveront à J et repartiront au maximum à J+1.

L’objectif de ce type d’organisation étant de réduire les stocks tout au long de la Supply Chain.

Définition 6 : Le cross-docking est un système de distribution selon lequel les marchandises ne sont pas stockées mais préparées pour une réexpédition immédiate à destination des magasins. C’est une technique de préparation des commandes qui tend à réduire les stocks sur la « Supply Chain » tout en préservant la disponibilité du produit en linéaire, en partant du besoin du consommateur. Cette formation est une technique logistique qui consiste à réexpédier les marchandises arrivant en entrepôt sans les stocker.  Désormais, les colis sont regroupés par commande sur une plate-forme où ils ne font que transiter, littéralement « traversent le quai », d’où le nom de cross-docking.

Mode de fonctionnement

En entrée de la plate-forme, convergent des colis reçus de fournisseurs distincts via des approvisionnements distincts. Chaque colis reçu doit avoir été impérativement étiqueté par le fournisseur émetteur et indiquer de façon explicite le nom et les coordonnées de livraison du client final. Dans le but de faciliter la manutention et son contrôle, les informations nécessaires et suffisantes doivent être aisément et rapidement repérables. Pour ce faire le recours à un codage visuel ou à code barre est largement utilisé pour tracer toutes les étapes d’avancement et déterminer destination finale et mode de livraison terminale.

  • Sur les quais d’entrée de la plateforme, les colis reçus sont déchargés des camions approvisionneurs, et rapidement -sinon immédiatement – identifiés grâce aux codes et/ou repères conventionnels portés sur les colis.
  • Les colis identifiés sont ensuite rapidement – sinon immédiatement – aiguillés vers le quai de sortie de la plateforme, correspondant à la destination terminale ou au dispositif de livraison terminale pertinent pour livrer le client concerné. Au moment du chargement de la livraison terminale, une deuxième identification des colis est généralement opérée, de façon à déclarer que chaque colis « entré » sur la plateforme est effectivement bien « sorti » de celle-ci.

Ce mode de fonctionnement  bien que simple  nécessite la mise en place préalable (tant en amont qu’en aval de la Plateforme) d’une organisation parfaitement coordonnée :

–  Fournisseurs aptes à réaliser les préparations et les conditionnements nécessaires.

–  Convergence coordonnée des flux d’approvisionnement vers la plate-forme

–  Ordonnancement précis prévu des plannings et tâches de réception et d’expédition

–  Codage et/ou repérage permettant une identification rapide et sans faille des colis manutentionnés

–  Système d’information apte à gérer ces fonctionnalités et à assurer la traçabilité si possible en temps réel  de chaque colis tout au long du processus.

Les types de cross-docking 

On distingue plusieurs  types de cross-docking : 

–  Confection de palettes « mono-client et mono-produit » ou de palettes « mono-client et multi-produits » chez l’industriel, on parle aussi d’allotissement ;

–  Palettes « multi-clients », dans ce cas, on parle de cross-docking contremarqué ;

–  Palettes de produits neutres : le marquage et l’allotissement se font non plus chez l’industriel, mais sur la plateforme.

Le cross docking simple : Le fournisseur prépare une commande passée par un point de vente. Elle est d’abord acheminée à la centrale qui la livrera ensuite au magasin destinataire. Dans ce cas, la centrale n’est qu’un simple intermédiaire.

Le cross docking double : Le fournisseur livre la marchandise à la centrale selon les besoins de cette dernière. Elle est ensuite fractionnée puis livrée aux différents points de vente

  Les avantages et les inconvénients du cross docking

Avantages du cross-docking

  • Les opérations sont réduites au strict nécessaire : la plate-forme n’est qu’un lieu de manutention simple. Aucun stockage n’y est opéré. Aucune opération de « préparation » (au sens traditionnel du mot) ne s’y déroule : La marchandise est déjà préparée, conditionnée et identifiée en vue d’une livraison en l’état au client concerné.
  • Le « passage à quai » s’opère dans un laps de temps très court. Les colis ne font que transiter sur les quais de la plate-forme et passent donc du transport d’approvisionnement « amont » (quai des arrivées des marchandises) au transport terminal « aval » (quai des départs des marchandises).

Le temps ainsi économisé est un avantage appréciable pour le traitement des commandes à priorité élevée, ce qui peut être le cas de produits tels que les produits frais, la presse quotidienne, les produits événementiels, etc.

Ø Sur le plan économique :

  • Il est ainsi possible de concilier abaissement des coûts des livraisons amont avec un abaissement des coûts des livraisons aval.
  • Un des principaux avantages réside aussi dans l’absence de frais intermédiaires de stockage ou d’entreposage.

Ø Sur le plan des contrôles :

  • Le suivi d’avancement en temps réel des colis est rendu possible
  • Puisqu’il n’y a pas de stockage sur la plateforme, les colis en souffrance (arrivés et non expédiés) correspondent à des erreurs facilement détectables que l’on peut retraiter sans délai.

Les inconvénients du cross-docking

Une charge supplémentaire supportée par le fournisseur qui doit effectuer une préparation minutieuse des commandes,

Un surcoût peut être provoqué par l’envoi de palettes de produits en plus grand nombre, celles-ci pouvant être incomplètes.

L’aspect innovateur du cross-docking

 Il est d’abord et avant tout relié au fait que la marchandise ne demeure pas longtemps au centre de distribution. Généralement, le délai alloué pour accuser la réception de la marchandise et l’expédier dans les magasins peut varier de 3 heures à 48 heures, mais dans la plupart des cas, le cross-docking s’effectue dans un délai de 24 heures (Andel, 1994 ; Tixier et al. 1998 ; Anonyme, 1998b). Certaines formes de cross-docking, notamment celles qui exigent le tri et le réassemblage de produits, requièrent plus d’une journée (Anonyme, 1998b). Précisons que cette pratique logistique s’articule autour de la manipulation de trois types de palettes. Premièrement, la palette de produit unique est une palette qui est composée d’un seul produit d’un même fournisseur. Deuxièmement, la palette de produits multiples est une palette qui est composée de plusieurs produits différents provenant d’un ou de plusieurs fournisseurs. Finalement, l’Adapté de Tompkins  associates, 1998 palettes promotionnelles contient plusieurs unités.

Translate »